Les réseaux souterrains permettent la distribution de l’électricité et donc l’alimentation des consommateurs. Depuis le câble de réseau principal il est possible de réaliser des dérivations pour raccorder les abonnés ou des nœuds de réseau pour alimenter une rue.

Pour réaliser une dérivation enterrée, la technologie la plus souvent utilisée est la boîte souterraine. Ce système se compose de trois éléments : le connecteur, la résine et la coque. Avant même de choisir les composants selon leurs caractéristiques, il convient de déterminer le type de dérivation. Parle-t-on d’une dérivation réseau ou branchement ? Les sections des câbles principal et dérivé et donc l’intensité transitée auront une influence sur le reste du système et notamment sur le type et la taille du connecteur.

Les types de connecteurs pour un raccordement en souterrain

On retrouve deux types de connecteurs en environnement souterrain, le connecteur unipolaire et le multipolaire.

Le connecteur unipolaire dérive chaque phase et le neutre de manière individuelle. Ainsi pour une dérivation, il conviendra d’utiliser 4 connecteurs.  C’est notamment cette technologie qui est utilisée en aérien.

Le connecteur multipolaire quant à lui vient se placer autour des 4 conducteurs du câble principal. Il dispose d’uniquement 2 vis pour une mise en œuvre simplifiée contrairement aux connecteurs unipolaires qui possèdent une vis par connecteur. Ces deux serrages permettent une répartition uniforme de la charge mécanique sur les conducteurs et assurent une connexion efficace et suffisante. Chaque serrage connecte simultanément le principal et le dérivé. Il permet une mise en œuvre plus rapide, et un gain de place.

La résine, le composant étanche des systèmes souterrains

En environnement souterrain, le matériel électrique est soumis à une contrainte d’étanchéité très importante. L’eau ne doit absolument pas pouvoir pénétrer dans la connexion. C’est pourquoi on utilise de la résine. En effet la résine possède cette capacité à pouvoir combler les espaces dans un environnement fermé et créer un environnement parfaitement étanche autour de la connexion. Généralement vendue en seau, en bidon ou en sachet bi-poche elle se solidifie sous l’action du mélange avec un durcisseur.

Là aussi il existe plusieurs types de résine aux propriétés différentes.

  • Dure ou molle une fois solidifiée
  • Démontable ou non démontable
  • Plus ou moins respectueuse de l’environnement

Le choix d’une résine dépend des contraintes environnementales des pays, des habitudes d’installations et des propriétés recherchées (conductivité thermique, résistance aux chocs, durée de stockage avant péremption…).

Comment rendre solidaires les éléments de la dérivation souterraine ?

Afin de permettre à la résine de se solidifier et créer une couche autour de la connexion, on vient rajouter un dernier élément au système qui est l’enveloppe. Cette enveloppe peut être dure ou souple. Dans la plupart des cas, on retrouve respectivement la coquille pour l’enveloppe rigide et le ruban adhésif pour l’enveloppe souple. La coquille possède un encombrement plus important mais apporte une protection mécanique supplémentaire. L’enrubannage à l’inverse prend moins de place et est plus économique.

La technique de remplissage de la résine varie avec le choix de l’enveloppe. La coquille suppose une résine coulée et l’enveloppe souple entraîne l’utilisation d’une résine injectée. La technologie coulée est plus simple à mettre en œuvre que celle injectée mais cette dernière sera plus économique car l’aire à remplir est moindre.

En effet selon la technologie choisie, la taille des connecteurs et le nombre de dérivations, la boite sera plus ou moins grande et nécessitera alors plus ou moins de litres de résine. En tant que fabricant, MICHAUD vous aide à dimensionner votre installation et les composants dont vous avez besoin.

Mise en œuvre dans les règles de l’art

Lorsqu’on met en œuvre une dérivation souterraine, il convient de préparer le terrain et le champ de travail. Il faudra alors creuser une tranchée suffisamment grande pour permettre aux installateurs de travailler dans de bonnes conditions. Lorsque nécessaire, cela peut supposer l’enlèvement du goudron et l’utilisation d’engins expliquant alors le coût élevé à l’installation.

Une fois la zone de travail prête, les monteurs pourront alors préparer les conducteurs et venir placer connecteur(s), boîte et résine et laisser le temps au montage de durcir. Avant de refermer la fosse l’installation sera contrôlée.

On appose généralement des grillages avertisseurs de couleur à quelques centimètres de la surface pour annoncer la présence de ces lignes enterrées. Parfois même, cet avertisseur visuel est remplacé ou accompagné par une protection mécanique permettant de sécuriser le réseau souterrain.

Ces mises en œuvre nécessitent au préalable des formations des équipes terrain aux technologies enterrées.

Être accompagné dans ses travaux souterrains