Pour tout gestionnaire de réseau, limiter au maximum les pertes qui interviennent lors de la distribution d’électricité est une réelle problématique afin de pouvoir facturer aux abonnés l’ensemble de la production et la rentabiliser.

Rentabilité économique du réseau

Construire un modèle économique viable reste un challenge pour les compagnies d’électricité qui doivent trouver comment rentabiliser les investissements dans les outils de production, en équipements et comment facturer l’ensemble de l’énergie consommée. Dans un système parfait la consommation facturée serait égale à l’énergie produite, or le système subit des pertesqui peuvent être à la fois techniques etnon techniques. Si certains pays ont des pertes assez faibles, d’autres font face à d’importantes pertes financières avec des taux qui peuvent atteindre 20%. Dans ce cas 1/5 de la production ne peut donner lieu à une facturation ce qui peut remettre en cause la viabilité du modèle économique d’une compagnie et sa capacité à survivre dans le futur.

De ce fait, les gestionnaires ont intérêt à identifier la nature de ces pertes afin de les faire diminuer et rentabiliser leurs modèles. Lors du transport et de la distribution, deux types de pertes sont identifiées : les pertes techniques et les pertes non-techniques.

Des pertes techniques à diminuer

Cette première catégorie est impossible à enrayer totalement car il existe des pertes incompressibles. Elles se produisent notamment lors du transport et de la distribution et dépendent en partie de la distance parcourue par le courant pour aller de la source jusqu’à l’abonné.

Plusieurs axes d’amélioration ont pu être identifiés pour réduire ce phénomène : une optimisation des réseaux par des distances à parcourir moins importantes, un meilleur dimensionnement des sections de câble… des points sur lesquels les compagnies d’électricité peuvent travailler pour réduire leur taux de pertes.

De même, accorder une importance à la qualité des équipements utilisés et leur capacité à répondre aux contraintes environnementales des lieux d’implémentation peut aider à réduire les pertes techniques. La garantie de l’étanchéité, d’une bonne tenue mécaniqueet d’une faible résistance électrique sont des aspects primordiaux afin d’éviter tout brulage ou rupture de service sur les réseaux. Il est donc nécessaire de veiller à la bonne utilisation de l’appareil au regard de sa fonction. Selon si l’on veut opérer une jonction, une dérivation, on ne fera pas appel aux mêmes propriétés mécaniques ou électriques.

Des pertes non techniques à limiter

La deuxième catégorie de pertes identifiées sont les pertes non techniques. Elles sont le résultat d’actions frauduleuses sur les réseaux. Les gestionnaires de réseau ont pu identifier plusieurs origines à la fraude :

  • manipulation du compteur et du disjoncteur
  • repiquage en amont du compteur
  • branchement pirate
  • vol de matériel

Si les pertes techniques sont difficiles à enrayer, ces deuxièmes sont plus évidentes à prévenir par du matériel et des solutions visant à empêcher les actions frauduleuses. Grâce à des produits indémontables, du matériel scellé, des équipements prévus pour empêcher le repiquage, une compagnie peut se doter d’un système sécurisant au maximum son réseau et surtout les branchements.

Afin de pallier les pertes financières et de matériel, une compagnie doit travailler sur l’amélioration de ses installations pour empêcher le vol d’électricité et obtenir un rapport électricité consommée / électricité facturée plus équilibré. Ce travail lui permettra de mieux anticiper et gérer la production.Les fabricants de matériel électrique travaillent en relation avec les utilities pour mettre au point des systèmes antifraudes qui s’adaptent aux demandes locales en termes de facilité d’intervention, de contraintes environnementales et de contraintes normatives spécifiques.

Même s’il est recommandé de mettre en place le système complet et de remplacer l’intégralité du matériel (câble, connectique…), il est également possible de trouver des compromis pour installer des protections sur les branchements existants et ainsi mieux lisser les investissements dans le temps.

Si l’acte de fraude est la majorité du temps volontaire, on peut également répertorier dans les pertes non techniques le non recouvrement des factures. Les utilisateurs finaux n’ont pas les moyens de payer l’énergie qu’ils ont consommée entrainant donc pour le gestionnaire de réseau des pertes financières. Ceci est souvent observé pour les nouveaux abonnés. Les compagnies doivent sensibiliser les utilisateurs à la quantité d’énergie consommée et limiter la consommation. Grâce à des limiteurs de puissance, des appareillages qui contrôlent et aident à gérer la consommation, il est plus aisé de facturer à la hauteur de celle-ci et de l’anticiper.

Limiter les pertes non techniques c’est avant tout mettre en place des moyens pour encadrer la consommation et veiller aux manipulations frauduleuses.

 Amélioration du réseau

Si dans la plupart des cas, les pertes sont dues à des facteurs exogènes à la compagnie d’électricité, celle-ci a pour autant sa part à jouer notamment dans la formation de ses équipes. Les installateurs doivent avoir les cartes en main pour réaliser une installation dans les règles de l’art, adopter les bonnes pratiques pour une mise en œuvre efficace et qui résistera dans le temps. Il n’est pas rare de voir du câble en surplus sur les lignes dans l’optique d’un nouveau raccordement avec l’âme apparente et non protégée des intempéries. Afin de contrer les oublis ou erreurs dans le montage, les fabricants développent des solutions qui garantissent l’étanchéité, la bonne connexion dans les raccordements grâce à des têtes fusibles par exemple ou des indicateurs de couleur, des marquages sur les produits pour indiquer les étapes d’installation… autant de solutions évitant une dégradation prématurée du matériel qui peut coûter très cher à une compagnie.

Par ailleurs pour donner les moyens d’améliorer les réseaux existants il faut développer du matériel dimensionné au plus juste qui permette de répondre aux besoins en termes de demande d’électricité tout en ayant le souci des budgets disponibles, des contraintes environnementales. Ces différents points pris en compte, couplés à des solutions de qualité assureront viabilité et pérennisation de réseau électrique des compagnies nationales par une diminution des pertes.

Contact

Société *
Nom Prénom *
Email *
Téléphone
Adresse *
Pays *

Message *

Par l’envoi de ce formulaire de contact, vous acceptez nos mentions légales sur la collecte, l’utilisation et le traitement de vos données personnelles dans le cadre de nos activités.